Lerenouveaudebreuilpont

l' information complète sur la vie de Breuilpont

 
  • Accueil
  • > Recherche : etang public breuilpont

compte rendu de la seance du conseil du 06 nov 2014 25 novembre 2014

Classé dans : Compte rendu réunion du Conseil — lerenouveaudebreuilpont @ 20 h 07 min

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL

JEUDI 6 NOVEMBRE 2014

 

 

 

 

 

Le jeudi 6 novembre 2014, à 21h00, le Conseil Municipal régulièrement convoqué s’est réuni à la mairie de Breuilpontsous la  présidence de Monsieur Michel ALBARO, Maire.

 

Etaient présents

Mmes Dominique DESROCHES, maire adjointe, Ghislaine COLIN adjointe, MM. Didier GIRARD, Frédéric BREMARDadjoints,

Mesdames Isabelle CLIQUE, Elisabeth GOARIN, Katia LEARD, Sophie LEGRAND, Hélène LENORMAND,

MessieursChristophe BABILLOT, Daniel FOUET, Wenceslas de LOBKOWICZ, Sébastien VALLENGELIER, conseillers municipaux.

 

Absent/Pouvoir

M. Olivier BIDERE a donné pouvoir à Mme Hélène LENORMAND

 

Mme Dominique DESROCHES est nommée secrétaire de séance.

 

Le procès verbal de la séance du 19 septembre 2014 est approuvé à l’unanimité.

 

 

Ordre du jour de la séance du 6 novembre 2014

 

1. Délibération fixant le taux et les exonérations facultatives en matière de taxe d’aménagement communales.

2. Délibération autorisant le maire à signer la convention MADISIC avec la CAPE.

3. Délibération portant reconnaissance et nomination d’un chemin rural au lieu dit  »la Vallée Robinson ».

4. Délibération pour avis et approbation de l’inscription de chemins de randonnée au PDIPR.

5. Délibération autorisant le maire à signer une convention de mise à disposition de la salle des fêtes avec uneassociation.

6. Délibération portant sur la réalisation de travaux de voirie (reprise de bordure et assainissement) rue Alfred deVigny.

7. Délibération portant sur l’achat d’un souffleur pour les services techniques.

8. Délibération pour le recrutement et la rémunération des agents recenseurs.

9. Délibération pour l’indemnité horaire pour travail supplémentaire.

 

INFORMATIONS – QUESTIONS DIVERSES – TOUR DE TABLE

 

 

 

 

 

 

1   DELIBERATION FIXANT LE TAUX ET LES EXONERATIONS FACULTATIVES EN MATIERE DE TAXE   D’AMENAGEMENT COMMUNALE

 

Monsieur le Maire indique que l’ensemble des textes récemment promulgués suggère une remise à plat des conditions d’application de la taxe d’aménagement (taux et exonérations facultatives). Il rappelle que la taxe d’aménagement a été créée  pour financer les équipements publics de la commune, et qu’elle est applicable depuis le 1er mars 2012. Il rappelle également que par délibération n° 2011-044 en date du 29/10/2011, le conseil municipal avait décidé d’instituer un tauxde 4% sur l’ensemble du territoire de la commune, sans exonération.

 

Le conseil municipal, après en avoir délibéré et à l’unanimité des membres présents, décide :

- De maintenir le taux de 4 % sur l’ensemble du territoire communal,

- De ne pas appliquer d’exonération en application de l’article L. 331-9 du code de l’urbanisme.

La présente délibération est valable pour une durée d’un an reconductible et sera reconduite de plein droit annuellement.

Sous réserve de sa réception au contrôle de légalité de préfecture avant le 30 novembre, la présente délibération sera applicable au premier jour de l’année civile suivante. Elle sera parallèlement transmise au service de l’État chargé de  l’urbanisme dans le département au plus tard le 1er jour du 2ème mois suivant son adoption.

 

 

2 DELIBERATION AUTORISANT LE MAIRE A SIGNER LA CONVENTION MADISIC AVEC LA CAPE

 

Monsieur le Maire demande l’autorisation au conseil municipal de signer une convention entre la CAPE, l’écoleélémentaire de Breuilpont et l’Education Nationale – circonscription Evreux II – pour la mise à disposition des locauxsportifs, principalement la piscine Robert Taron de Pacy, à titre gracieux. Cette convention de mise à disposition desinstallations sportives d’intérêt communautaire (MADISIC) est établie pour une durée d’un an,  renouvelable, à compter du 1er septembre 2014.

 

Après délibération, le Conseil municipal, à l’unanimité, donne tous pouvoirs à Monsieur le Maire pour la   signature de cette convention.

 

 

3 DELIBERATION PORTANT RECONNAISSANCE ET NOMINATION D’UN CHEMIN RURAL AU LIEU DIT « LAVALLÉE ROBINSON »

 

Madame Ghislaine COLIN, adjointe au maire, expose aux membres du conseil : en lien avec le service tourisme de laCAPE et le  représentant du Comité départemental de randonnée pédestre de l’Eure, un circuit de randonnée a été identifié sur le territoire  de la commune. Ce circuit est inscrit dans le projet de Plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée (PDIPR). Or il comporte une portion d’environ 350 mètres, constituée d’un chemin existant mais non répertoriée comme chemin rural, situé dans les bois lieudit  »La Vallée Robinson », traversant les parcelles cadastrées section AC n° 42, 44, 24 et 30, propriété de la commune de Breuilpont.

Afin de finaliser le PDIPR, il convient auparavant de reconnaître et de nommer ce chemin rural. Compte tenu de salocalisation, Madame COLIN propose de nommer ce chemin : Chemin rural dit « Vallée Robinson ».

 

Après avoir entendu cet exposé et après délibération, le conseil municipal, à l’unanimité des membres présents,reconnaît l’existence du chemin rural situé au lieudit « Vallée Robinson », identifié sur l’extrait de plan joint en annexeet décide d’attribuer à ce chemin le nom de Chemin rural dit  »Vallée Robinson ».

 

4 DELIBERATION POUR AVIS ET APPROBATION DE L’INSCRIPTION DECHEMINS DE RANDONNÉE AU PDIPR

 

Vu la loi n°83-663 du 22 juillet 1983 relative à la répartition des compétences entre les communes, les départements, lesrégions et l’Etat, articles 56 et 57 ;

Vu le décret n°86-197 du 6 janvier 1986 relatif à la date d’entrée en vigueur du transfert de compétences aux

départements prévu par la loi du 22/07/1983 en matière d’itinéraires de promenade et de randonnée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vu la circulaire du 30 août 1988 relative aux Plans Départementaux des Itinéraires de Promenade et de Randonnée(PDIPR) ;

Et après avoir pris connaissance :

- Qu’un Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée est en cours d’élaboration dans l’Eure,

- Que ce PDIPR a fait l’objet d’un projet approuvé par l’Assemblée départementale le 19 mai 1994,

- Que ce PDIPR doit faire l’objet d’une approbation définitive par l’Assemblée Départementale,

Que ce plan comprend un ou des itinéraires pédestres, équestres ou vététistes, et des chemins mis en réserve en vue d’un  développement ultérieur du tourisme de randonnée traversant la commune.

 

 

 

 

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré et à l’unanimité, émet un avis favorable sur le projet de PDIPR etapprouve l’inscription des chemins suivants au Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée :

 

Le Conseil Municipal s’engage ainsi, conformément aux articles 56 et 57 de la loi du 22 juillet 1983, du décret   du 6janvier 1986 et de la circulaire du 30 août 1988 :

A ne pas les aliéner,

A leur conserver un caractère ouvert et public,

A accepter leur balisage par le CDRP27

A assurer leur entretien courant

 

 

5 DELIBERATION AUTORISANT LE MAIRE A SIGNER UNE CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE LA SALLE DES FÊTES AVEC UNE ASSOCIATION

 

Madame Isabelle CLIQUE, conseillère municipale en charge de la gestion de la salle des fêtes, informe le conseil qu’elle a été sollicitée par une association de Bueil pour la mise à disposition des locaux, 2 heures par semaine pour ses activités.

Il s’agit de l’association Twister Kick qui dispense des cours de danse country, et propose un créneau à Breuilpont tousles vendredis entre 19 et 21 heures. Compte tenu de la fréquence et de la régularité de l’utilisation, et des possibilités financières de  l’association, Madame CLIQUE propose pour cette utilisation, un tarif annuel de 250 €. Elle précise quel’une des clauses figurant dans la convention stipule la possibilité pour la commune de reprendre la jouissance deslocaux le vendredi soir, de manière  ponctuelle et exceptionnelle en cas de nécessité expresse ou d’intérêt général.

 

Après avoir entendu cet exposé, et après délibération, le conseil municipal autorise Monsieur le Maire à signer une convention de mise à disposition de la salle des fêtes avec l’association Twister Kick, au tarif annuel   de 250 €.

 

 

6 DELIBERATION PORTANT SUR LA REALISATION DE TRAVAUX DE VOIRIE (reprise de bordure et assainissement) RUE ALFRED DE VIGNY

 

Monsieur Frédéric BREMARD, adjoint au maire, expose au conseil que la commune a été saisie par un administré de larue Alfred de Vigny/RD58 qui rencontre des problèmes d’inondation à chaque épisode de pluie, dans sa cour et sonsoussol, et ce depuis les récents travaux de voirie et d’assainissement en traverse réalisés dans la totalité de cette rue,courant 2013. Il explique que ces  problèmes d’inondation trouvent leur origine dans une corrélation d’éléments techniques mal anticipés par le bureau d’étude et l’entreprise de TP, entrainant un mauvais écoulement des eaux pluviales.

 

 

En lien avec l’Agence routière départementale, le bureau d’études et l’entreprise de TP ayant exécutés les travaux en2013, un accord a été trouvé pour choisir la solution technique la plus pérenne et la mieux adaptée  installation d’uncaniveau à grille avec évacuation des eaux vers un puisard existant sur le domaine public - et pour répartir le coût de cestravaux entre les différentes structures responsables. La part de la commune pour ces travaux s’élèverait à la somme de2.033,22 € HT.

 

Ayant entendu ce rapport, et après en avoir délibéré, le conseil municipal, donne son accord pour faire  procéder à cestravaux de reprise d’assainissement en traverse rue Alfred de Vigny, par l’entreprise ayant exécuté les travauxinitiaux, et pour un montant hors taxes de 2.033,22 €.

Cette dépense entre dans la section d’investissement de l’exercice en cours, opération 165 (Travaux de voirie) - article2315 (installations, matériel et outillage techniques).

 

 

7 DELIBERATION PORTANT SUR L’ACHAT D’UN SOUFFLEUR POUR LES SERVICES TECHNIQUES

 

Monsieur Frédéric BREMARD, adjoint au maire, informe le conseil de la nécessité d’acquérirun matériel plusperformant et plus adapté pour le ramassage des feuilles mortes sur les voies et les espaces publics. Il préconise l’achatd’un matériel avec système d’aspiration à turbine, équipé d’une prise de force. Après avoir étudié différentes offres, ilpropose pour cet achat un budget maximum de 2.800 € HT.

 

Après en avoir délibéré, les membres du conseil municipal, à l’unanimité, décide d’acquérir un aspirateur à   feuilles pour un montant maximum hors taxes de 2.800 €.

Cet équipement sera inscrit au budget d’investissement de l’exercice en cours, opération 171 (Acquisition de   matériel),article 21578 (autre matériel et outillage de voirie).

 

 

8  DELIBERATION POUR LE RECRUTEMENT ET LA REMUNERATION DES AGENTS RECENSEURS

 

Madame Isabelle CLIQUE, conseillère municipale désignée par Monsieur le Maire comme coordonnateur pour effectuerla campagne 2015 de recensement de la population, expose au conseil municipal l’objectif, le déroulement et lesmodalités du recensement. Monsieur le Maire rappelle la nécessité de créer 4 emplois d’agents recenseurs,correspondant aux 4 districts de la commune, afin de réaliser les opérations du recensement 2015.

Sur le rapport de Madame CLIQUE, conseillère municipale désignée comme coordonnateur des opérations derecensement 2015 ;

Considérant la nécessité de créer 4 emplois d’agents recenseurs en vue de réaliser les opérations du recensement 2015,

Considérant qu’il appartient à la commune de fixer la rémunération des agents recenseurs qui vont effectuer lesopérations de  collecte,

 

Après en avoir délibéré, le Conseil Municipal décide, à l’unanimité des membres présents,

La création de 4 emplois d’agents recenseurs afin d’assurer les opérations du recensement de la population   qui se dérouleront du 15 janvier au 14 février 2015 ;

Que chacun de ces 4 agents recenseurs, percevra pour la somme forfaitaire de 775  bruts ; ce montant forfaitaireincluant la rémunération et les frais de déplacement ;

Les crédits nécessaires sont inscrits au budget de l’exercice 2015 au chapitre 12 - article 64118 en ce qui    concerne l’indemnité allouée à l’agent recenseur.

9 DELIBERATION POUR L’INDEMNITE HORAIRE POUR TRAVAIL SUPPLEMENTAIRE

 

Le conseil municipal,

 

Sur rapport de Monsieur le Maire, vu : le Code Général des Collectivités Territoriales, les lois n° 83-634 du 13 juillet1983 et n° 84-53 du 26 janvier 1984, les décrets n° 91-875 du 6 septembre 1991 et n° 2002-60 du 14 janvier 2002,

Lajurisprudence et notamment l’arrêt du Conseil d’Etat n° 131247 et n° 131248 du 12 juillet 1995 et les crédits inscrits aubudget,

 

Considérant que conformément à l’article 2 du décret n°91-875, il appartient à l’assemblée délibérante de fixer dans leslimites prévues par les textes susvisés, la nature, les conditions  d’attribution et le taux moyen des indemnités applicables au personnel de la collectivité

 

Après en avoir délibéré, décide à l’unanimité, d’instituer selon les modalités suivantes et dans la limite des   textes applicables aux agents de l’Etat, l’indemnité horaire pour travaux supplémentaires aux agents   relevant des cadres  d’emplois suivants :

 

Bénéficiaires de l’IHTS

 

 

 

 

Les indemnités horaires pour travaux supplémentaires sont attribuées dans le cadre de la réalisation effective detravaux supplémentaires demandés par l’autorité territoriale et selon les dispositions du n° 2002-60 du 14 janvier 2002.

Le versement de ces indemnités est limité à un contingent mensuel de 25 heures par mois et par agent.

Agents non titulaires

Précise que les dispositions des primes et indemnités faisant l’objet de la présente délibération pourront être étenduesaux agents non titulaires de droit public de la collectivité sur les mêmes bases que celles applicables aux fonctionnairesdes grades de  référence.

Clause de sauvegarde

Conformément à l’article 88 de la loi n° 84-53, stipule que pour les agents qui subiraient une baisse de leur régimeindemnitaire, dans le cadre de la mise en place des  nouvelles dispositions réglementaires ou celui d’une modificationdes bornes indiciaires du grade dont il est titulaire, ceuxci conserveraient le bénéfice, à titre individuel, du maintien dumontant indemnitaire dont ils disposaient, en application des dispositions réglementaires antérieures.

Périodicité de versement

Le paiement des primes et indemnités fixées par la présente délibération sera effectuéselonunepériodicitémensuelle.

Clause de revalorisation

Précise que les primes et indemnités susvisées feront l’objet d’un ajustement automatique lorsque les montants ou tauxou les corps de référence seront revalorisés ou modifiés par un texte réglementaire.

Date d’effet

Les dispositions de la présente délibération prendront effet au 15/11/2014 (au plus tôt à la date de transmission de ladélibération au contrôle de légalité, en regard du principe de non rétroactivité d’un acte réglementaire et de soncaractère exécutoire dès lors qu’il a été procédé à la transmission de cet acte au représentant de l’Etat dans ledépartement).

Crédits budgétaires

Les crédits correspondants seront prévus et inscrits au budget.

INFORMATIONS DIVERSES – TOUR DE TABLE

 

INFORMATIONS

 

v M. Didier GIRARD – P.L.U. et PETITE GARE

PLU – Une première réunion avec le B.E.T. a eu lieu le 30 octobre pour l’étude de tous les retours suite à l’enquêtepublique, une prochaine réunion est prévue pour le 27 novembre prochain.

Une demande de réunion avec les P.P.A. est en cours pour le 12 décembre.

Petite Gare – La prochaine réunion de la commission est prévue pour le 19 novembre, pour faire un état des

lieux/avancement.

 M. Sébastien VALLENGELIER – SIRE 2ème section (Syndicat Intercommunal de la Rivière Eure)

Résultats des appels d’offres et entreprises retenues

Le premier étant le marché de la restauration écologique sur le secteur Menilles-Bechet, suite à des travaux,l’entreprise Environnement Forêts est retenue.

Et le second étant le marché de plan pluriannuel de reconquête écologique de la rivière d’Eure, le groupementd’entreprise Cauchoix-Bailleul-Lescerne est retenu.

De plus, à la lecture du budget 2015, il est constaté que suite à la demande faite par nos soins, une ligne de budgetest allouée à une étude de faisabilité de suppression du vannage des Communes. Ce projet consiste à diminuer lalargeur du bras, afin d’augmenter son débit, et de supprimer le vannage et le remplacer par une descenteempierrée, afin de réaliser une passe à poisson et canoë….

 

v M. Christophe BABILLOT – BILAN DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA REFONTE DU SITE INTERNET

Un point est fait sur l’état d’avancement du projet de refonte du site Internet. A ce jour, quatre prestataires ontrépondu favorablement. Deux propositions ont d’ores et déjà été transmises et deux prestataires ont été reçus.

Deux autres prestataires seront reçus dans les prochaines semaines et l’ensemble des offres seront soumises d’ici le30 novembre. Ces propositions s’articulent essentiellement autour de la définition de la charte graphique, ducontenu du site, des outils et des modules associés (pour exemple le module SMS), de la sécurité et de la pérennitédu site (certificats, droits et propriété, assistance, maintenance). L’enveloppe budgétaire est comprise entre9 000,00 € HT et 14 000,00 € HT (budget d’investissement et budget de fonctionnement de la première année).

Parla suite, le budget de fonctionnement sera d’environ 1 000,00 € par an (hors développement complémentaire). Unrésumé écrit sera fait à l’ensemble du Conseil Municipal avant le prochain Conseil Municipal afin que la lignebudgétaire soit délibérée lors de celui-ci.

 

v Mme Dominique DESROCHES – ECOLE

Un Conseil d’école a eu lieu le 4 novembre, en présence du corps enseignant, des parents d’élèves, de Monsieur leMaire et d’ellemême. Mme Laurence CAUDIN, la directrice a rappelé les effectifs, soit 173 élèves. Après lecture durèglement intérieur de l’établissement, ce dernier a été approuvé à l’unanimité. Il a été rappelé les règles desécurité à l’école. Il a été expliqué le fonctionnement de la coopérative scolaire. Il a été donné le calendrier desdiverses manifestions qui vont être organisées par l’Association Les Enfants d’Abord.

Les T.P.E. (temps périscolaires éducatifs) des lundis, mardis et vendredis, de 16h00 à 16h30 pour les élémentaires,sont très difficiles à gérer, du fait d’un manque de volontaires de parents d’élèves pour en assurer la gestion.

Nos différents appels au volontariat, effectués directement auprès de parents et dans le bulletin municipald’octobre sorti juste avant les vacances de la toussaint, sont restés complètement vains.

Le conseil municipal est donc informé :

§ Qu’il va être essayé de pallier (tant bien que mal) à l’accompagnement des enfants pendant cette ½ heure,jusqu’aux prochaines vacances de Noël,

§ Qu’à partir de la rentrée de janvier 2015, celleci sera purement et simplement supprimée, les parents devrontrécupérer leurs enfants à16h00 ou rejoindre la garderie payante. Les parents en seront informés, débutdécembre lors de la remise de la prochaine fiche d’inscription pour les TPE du jeudi, à rendre avant les vacancesde Noël.

Agents : Nous avons pu pourvoir au poste de la ½ assistance maternelle, qui manquait suite à la réouverture de la3ème classe de maternelle. Nous avons également pallié au remplacement de notre ASTEM, arrêtée pour maladie.

 

v M. Wenceslas de LOBKOWICZ  AMENAGEMENT DU CIMETIERE

Il est rendu compte de la visite, qu’avec Frédéric BREMARD ils ont faite avec un représentant d’OGF collectivités,société spécialisée dans les aménagements de cimetières. Plusieurs tombes sont en  »état d’abandon ». Deux devisont été demandés (avec et sans recherche des ayants droit) pour la 1ère phase de la procédure exposée lors de laprécédente réunion du Conseil, afin qu’il puisse se prononcer lors de la préparation du budget 2015.

 

 

 

 

 

TOUR DE TABLE

 

M. Didier GIRARD informe concernant le lotissement dit SECOMILE, que la livraison des appartements aura lieu, aumieux en mars 2015, selon le maître d’ouvrage, du fait d’un décalage de planning dû au changement del’emplacement du transfo EDF (La mairie n’est pas responsable du planning des travaux)

 

Mme Elisabeth GOARIN a été alertée par les riverains,  »du chantier » sur l’étang de Chambon (étang privé), cedernier étant en partie remblayé et une source a été  »bouchée ». Il a été fait appel à la police de l’eau et un constat aété établi.

 

Mme Katia LEARD

Demande s’il est possible d’avoir un éclairage rue des Sapins à Lorey. M. BREMARD répond qu’il se rendra sur placepour constatation.

Nous fait part qu’elle a été interpellée par la Charcuterie GOHEL pour les problèmes de stationnement (zone bleu)place Achille Gouery (devant charcuterie) de nouveau des voitures tampon, il est soulevé également les mêmesproblèmes sur la place de l’église avec un stationnement trop important par rapport au nombre de places…

 

M. Christophe BABILLOT informe :

Que plusieurs riverains se plaignent de la hauteur d’eau du canal du moulin. En effet, la hauteur d’eau du canal estde l’ordre de 10 à 15 cm plus haute qu’à la normale. Les remarques portent essentiellement sur la perméabilité deslevées de terre protégeant les zones inondables, l’éventuel endommagement des rives (maçonneries) en cas de gel,de l’apparition de plantes invasives, …

Il y a également le problème du réglage de la vanne. Le problème est connuet pris en compte par Monsieur BREMARD qui s’efforce de trouver une solution en relation avec les riverains.

 

M. Wenceslas de LOBKOWICZ nous fait part d’une demande de M. Didier MASSON pour la mise en place d’unpanneau directionnel indiquant le tennis à Bueil, arguant du fait que le siège social est à Breuilpont. Mme GhislaineCOLIN lui répond qu’on lui a fait déjà part de cette demande et que nous en reparlerons au prochain conseil.

 

M. Daniel FOUET :

Tire un coup de chapeau aux espaces verts de la commune pour la remise en état du cimetière.

Demande qu’une plaque indiquant  »Rue de la Planchette » et place Achille GOUERY soient mises en place.

Demande s’il était possible de mettre des containers jaunes neufs sur la place A. Gouery.

Remet à M. Frédéric BREMARD un dossier concernant le transport à la demande, qui fait suite à une réunion débutoctobre à Villiers en Désœuvre.

Nous avise sur la possibilité de l’adhésion de la commune au C.N.A.S. (Comité National d’Actions Sociales), organismequi offre aux agents territoriaux une gamme complète d’avantages sociaux et de prestations, moyennant unecotisation de 0.83 % de la masse salariale. Un dossier complet est remis à Mme Dominique DESROCHES pour étude.

 

Dominique DESROCHES

Informe que les manifestations au profit du Téléthon de la Vallée du Plateau débuteront le dimanche 16 novembrepar une séance de cinéma à la salle des fêtes par une vidéo projection du film  »La Reine des Neiges ». Le samedi22 novembre aura lieu un diner dansant à la salle des fêtes. Le 28 novembre une vente de crêpes à la sortie del’école organisée par ALEDA. Le dimanche 30 novembre une randonnée organisée par Rando Vallée d’Eure. Et enfinle samedi 6 décembre la livraison de croissants à domicile.

Signale que l’Agenda municipal 2015, sera distribué la dernière semaine de novembre.

 

 

 

 

Plus aucune question ne figurant à l’ordre du jour, la séance est levée à 0h15

 

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : etang public breuilpont

L’Analyse du projet de PLU par une avocate spécialisée en urbanisme 12 juillet 2014

Classé dans : PLU — lerenouveaudebreuilpont @ 13 h 10 min

 

Analyse du PLU de BREUILPONT

le 11 juillet 2014

 

A- OBJECTIF D’UN PLU

Le rapport de présentation explique les choix retenus pour établir le projet d’aménagement et  de développement durables, les orientations d’aménagement, de programmation et le  règlement.

Il s’appuie sur un diagnostic établi au regard des prévisions économiques, démographiques et des besoins répertoriés en matière de développement économique, de surfaces agricoles, de

développement forestier, d’aménagement de l’espace, d’environnement, notamment en matièrede

biodiversité, d’équilibre social de l’habitat, de transports, de commerce, d’équipements et  de services.

Il analyse la capacité de densification et de mutation de l’ensemble des espaces bâtis, en  tenant compte des formes urbaines et architecturales. Il expose les dispositions qui favorisent  la densification de ces espaces ainsi que la limitation de la consommation des espaces  naturels, agricoles ou forestiers.

Il établit un inventaire des capacités de stationnement de véhicules motorisés, de véhicules  hybrides, électriques et de vélos des parcs ouverts au public ainsi que des possibilités de  mutualisation de ces capacités.

Il présente une analyse de la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers au  cours des dix années précédant l’approbation du plan ou depuis la dernière révision du  document d’urbanisme.

Il justifie les objectifs compris dans le projet d’aménagement et de développement durables au

regard des objectifs de consommation de l’espace fixés, le cas échéant, par le schéma de  cohérence territoriale et au regard des dynamiques économiques et démographiques.

 B- DEROULEMENT DE L’ENQUETE PUBLIC

Article L123-13 du code de l’environnement

Le Commissaire enquêteur conduit l’enquête de manière à permettre au public de prendre une

connaissance complète du projet et de présenter ses appréciations, suggestion et contre-proposition.

IL peut recevoir tous documents, visiter les lieux concernés, a l’exception des lieux d’habitation,

entendre toutes personnes dont il juge l’audition utile et convoquer le maître d’ouvrage ou ses

représentants ainsi que les autres autorités administratives intéressées

(cela signifie que les conseillés peuvent prendre contact avec le commissaire enquêteur).

Article R123-10

Les jours et heures de l’enquête, ouvrable ou non, où le public pourra consulter un exemplaire du dossier

et présenter ses observations sont fixés de manière à permettre la participation de  la plus grande partie de la population, compte tenu notamment de ses horaires normaux de  travail. Ils comprennent au minimum les jours et heures habituels d’ouverture au public ; ils  peuvent en outre comprendre des heures et soirée ainsi que plusieurs demi-journées

parmi les samedis, dimanches et jours fériés.

« Je pense que vous pouvez évoquer vos difficultés avec les heures d’ouverture de la 

Mairie et si la Mairie ferme avant la clôture de l’enquête c’est un vice de forme »

 

C- Conclusion du Commissaire enquêteur

A l’expiration du délai d’enquête, le registre d’enquête est clos par le commissaire enquêteur.

Dès réception du registre et des documents annexés, le commissaire enquêteur rencontre,  dans la huitaine, le responsable du projet, plan ou programme et lui communique les  observations écrites et orales consignées dans un procès-verbal de synthèse.

Le responsable du projet dispose d’un délai de 15 jours pour produire ses observations

éventuelles. Le commissaire enquêteur doit rendre son rapport et ses conclusions motivées

dans un délai de 30 jours à compter de la fin de l’enquête. Si ce délai ne peut être respecté,  un délai supplémentaire peut être accordé à la demande du commissaire enquêteur par  l’autorité compétente pour organiser l’enquête, après avis du responsable du projet.  Le commissaire enquêteur établit un rapport qui relate le déroulement de l’enquête et examine

les observations recueillies. Il consigne (dans un document séparé) ses conclusions motivées en précisant

si elles sont favorables, favorables sous réserves ou défavorables au projet. En  outre, le rapport doit mentionner les contre propositions qui ont été produites durant l’enquête (ainsi que des réponses éventuelles du  Maire). Le rapport et les conclusions motivées sont rendus publics.

Dans un délai de 30 jours, le commissaire enquêteur transmet à l’autorité compétente pour

organiser l’enquête :

- l’exemplaire du dossier de l’enquête déposé au siège de l’enquête ;

- le registre et pièces annexées au dossier de l’enquête ;

- le rapport et les conclusions motivées.

Il transmet simultanément une copie du rapport et des conclusions motivées au président du

tribunal administratif.

Dès réception de la copie du rapport et des conclusions, l’autorité compétente pour organiser

l’envoie :

- à la mairie de chacune des communes où s’est déroulée l’enquête ;

- à la préfecture de chaque département concerné.

Ces documents sont ainsi tenus à la disposition du public pendant un an à compter de la date

de clôture de l’enquête.

Conséquences de l’avis du commissaire enquêteur

Un avis qui ne lie pas l’autorité compétente pour prendre la décision…

Le rapport et les conclusions du commissaire enquêteur ont pour seule fonction d’éclairer

l’autorité compétente pour prendre sa décision. L’avis du commissaire enquêteur ne lie pas

l’autorité compétente qui peut donc autoriser l’opération même en cas d’avis défavorable.

 mais qui n’est pas pour autant dénué d’effets

Un avis défavorable du commissaire enquêteur entraîne 2 grands types de conséquences :

- à l’occasion d’un recours contentieux, la suspension de l’opération envisagée est facilitée

dans la mesure où le juge administratif est obligé de prononcer cette suspension lorsque la

demande comporte un moyen propre à créer un doute sérieux sur la légalité de la décision.

- lorsque l’opération ayant donné lieu à un avis défavorable est un projet d’une collectivité territoriale

celui-ci devra faire l’objet d’une délibération motivée réitérant la demande d’autorisation ou de

déclaration d’utilité publique de l’organe délibérant de la collectivité.

D- LES MOTIFS DE CONTESTATION

1. En effet, classer un seul terrain en zone  »Ah » est une manière déguisée d’autoriser une

construction réaliser sans autorisation. Le projet de classement en zone  »Ah n’a pas un

objectif d’intérêt général, mais plutôt un détournement de pouvoir.

2. La construction dans le cœur du bourg Rue du Mont Vallet et rue Victor Hugo,

entrainera la démolition d’un secteur fortement arboré et leur densité laisse présager la

présence d’une certaine richesse écologique. De plus, « une dent creuse » ne doit pas être

confondue avec une coupure d’urbanisation (ensemble qui sépare souvent deux

ensembles urbanisés),

 

3. L’évolution des bâtiments agricoles (hangar de Saint-Chéron), une évolution de l’activité

(projet d’élevage de poulet, projet de plate-forme de distillation et la gestion des résidus

récoltés). Ce dernier projet aura un impact olfactif, et entrainera une baisse de la valeur

des maisons avoisinantes. De plus, la création d’un atelier de volailles en zone urbaine

est incompatible avec la création et le développement d’une activité agricole, il serait

souhaitable de modifier le zonage et de classer cette exploitation en zone A.

 

4. Les disponibilités foncières de la commune permettent de construire 95 logements sur la

commune. Ces logements prennent places sur plusieurs secteurs, caractérisés par de

large emprise (secteur Victor Hugo - Mon -Vallet - allée d’Ormes, Saint-Chéron), mais

nous pouvons regretter la perte architecturale des constructions. Le style vieux village

avec des maisons de caractère, alors que Les constructions récentes sont en rupture avec

le schéma de vieux village, le style architectural reste identique et répétés et peut

engendrer une certaine banalisation du paysage urbain.

 

 

5. La commune a établi son projet sur la base d’un scénario de croissance, visant à

accueillir 150 habitants supplémentaires sur 10 ans, c’est donc une hypothèse de 70

logements sur 10 ans. Cette augmentation est prévue sans une vision réelle de la future

population (soit des constructions pour des familles sans enfant 150 : 70 soit une

moyenne de 2.14 personne par logement), par conséquence aucune augmentation des

équipements publique n’est  prévue, et l’on peut se poser la question sur la survie des

commerces avenir et existant sur un étalement sur 10 ans de l’apport de population.

 

6. Une partie de la zone U est située en zone inondable au PPRI. Certaines parcelles non

bâties situées en zone U sont en zone verte du PPRI (inconstructible). Il conviendrait

donc dans un souci de cohérence, et de respecter de l’article 6.51 du DOG du SCOT sur

la prévention des risques naturels, de changer de zone les parcelles limitrophes des zones

N ou Nla, et de les mettre en zone N.

 

7. L’ensemble des étangs de la commune ont été classée comme éléments de patrimoine

naturel identifiés, ce qui permet de protéger ces espaces inscrits au SCOT en « espaces

agro-naturels aux potentialités biologiques ». Or, ces étangs sont classés en zone NLa, ce

qui permet des constructions légères de loisirs d’une emprise au sol de 40m², sachant que

seule une construction par hectare de la surface de l’unité cadastrale est autorisée.

 

8. Le règlement peut fixer les obligations minimales en matière de stationnement pour les

vélos pour les immeubles d’habitation et de bureaux, dans le respect des conditions

prévues au II de l’article L. 111-5-2 du code de la construction et de l’habitation. Lorsque

les conditions de desserte par les transports publics réguliers le permettent, le règlement

peut fixer un nombre maximal d’aires de stationnement pour les véhicules motorisés à

réaliser lors de la construction de bâtiments destinés à un usage autre que d’habitation.

 

Lorsque le plan local d’urbanisme tient lieu de plan de déplacements urbains, le

règlement fixe les obligations minimales en matière de stationnement pour les véhicules

non motorisés, en tenant compte notamment de la desserte en transports publics réguliers

et, le cas échéant, de la destination des bâtiments, dans le respect des conditions prévues

. Il détermine des secteurs à l’intérieur desquels les conditions de desserte et de transports

publics réguliers permettent de réduire ou de supprimer les obligations minimales en

matière de réalisation d’aires de stationnement pour les véhicules motorisés, notamment

pour la construction d’immeubles de bureaux.

A l’intérieur de ces secteurs, il fixe un nombre maximal d’aires de stationnement pour les

véhicules motorisés, lors de la construction de bâtiments destinés à un usage autre que

l’habitation. Or, le règlement du PLU ne prévoit dans aucune des zones un nombre

minimal de place de stationnement « mais en fonction des besoins » ce qui laisse la place

à une gestion aléatoire des places, ce qui risque d’aggraver le problème de stationnement

sur la commune.

 

9. Le PLU prévoit dans son article U7 la possibilité de construire de limite en limite ou un

retrait d’un mètre minimum, sans préciser les règles de prospects. Cela risque d’avoir

pour conséquence :

-      Une vue directe sur la parcelle voisine,

-      Et cela laisse la possibilité de créer des barres, car les terrains ont des façades linéaires très

importantes, (ex. un terrain avec une façade de 30 m pourrait être construit de limite en

limite),

Il serait souhaitable de prévoir un article plus règlementé :

-      On peut construire de limite en limite pour une façade linéaire inférieure à 14m,

-      De 14 m à 18 m un retrait minimum de 2.50m permettant le passage d’une voiture

-      Au-delà de 18m deux retraits obligatoires

-      Le retrait serait égal à 2.50 m s’il n’y a pas de vue et 8m dans le cas contraire

 

10. Pour les mêmes raisons il serait souhaitable de règlementer les constructions sur une

parcelle, car les articles 9 de l’ensemble des zones laisse la porte ouverte à la sur

densification et à un risque d’enlever le caractère du village et les objectifs recherchés

pour une qualité de vie des habitants de Breuilpont.

 

11. l’article U10 prévoit une hauteur de 10m à l’égout mais de précise pas la hauteur au

faitage.

-      Il serait souhaitable d’encadrer les hauteurs à l’égout et au faîtage à fin de définir un

gabarit des constructions, pour éviter de dénaturer le paysage urbain de la commune,

-      De même dans le secteur Up, une hauteur maximum de 4.5 m à l’égout, pénalise les

pavillons existants,

-      Et dans le secteur Ua, qui est un secteur urbain autoriser des constructions de 15m de

hauteur ne semble pas cohérent avec le caractère vieux village.

 

12. Pour les conseillers : Ils doivent avoir une information suffisante sur le projet de

révision du PLU soumise à délibération. A titre d’illustration, une note de synthèse est

jugée insuffisante lorsqu’elle ne consiste qu’en la reproduction du projet de délibération

qu’il s’agit approuver, ces derniers doivent recevoir le projet de révision du PLU avec

toutes les pièces nécessaires à leurs réflexion.

 

13. Il est interdit d’interdire aux conseillers de s’exprimer lors de l’enquête publique, ils sont

les représentants du peuple et par conséquence ils ont la possibilité d’éclairer le

commissaire enquêteur des réflexions des habitants. Il faut évoquer le défaut

d’information des conseillers municipaux, aucun dossier n’étant mis à disposition et

vérifier le compte rendu du conseil municipal qui précise l’interdiction d’être présent les

jours ou le commissaire est présent.

 

14. Cette enquête, prescrite par arrêté préfectoral, doit faire l’objet d’un avis diffusé dans un

journal local, précisant le nom du commissaire enquêteur ainsi que toutes les

informations permettant aux citoyens consultés d’entrer en contact avec lui.

A ce stade, encore une fois, plusieurs irrégularités peuvent entraîner l’annulation de la

délibération approuvant le PLU. Ainsi, l’enquête publique ne peut débuter à une date

antérieure à celle de l’arrêté le prescrivant.

L’avis d’enquête publique doit être diffusé dans un journal local dont l’audience ne doit

pas être trop restreinte. Le contenu de l’avis doit être suffisamment précis, notamment en

ce qui concerne le nom et les modalités d’intervention du commissaire enquêteur.

A défaut, l’enquête publique est entachée d’un vice susceptible d’entraîner l’annulation

de toute la procédure.

La publicité doit être faite au moins 15 jours avant le début de l’enquête et pendant toute

la durée de l’enquête.

 

Cette étude à été réalisée par Mme BOD que nous remercions pour avoir accepté de mettre ses compétences au service de notre village!

 

 

ACTU – Agence de Conseil Technique et de l’Urbanisme

ETUDE LOGO5

Mme BOD

Tél.01.70.25.46.65 – 06.18.07.70.62

www.actu94.com

Mail actu94@actu94.com

 

 
 

Blog du niveau intermédiaire |
Aucoeurduvillage |
ALG- Officiel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Révolutionnaires !
| GRAND DEBT AUDO
| Perjalanana8